Durée de lecture : environ 5 minutes

Suite de l’article précédent sur les difficultés auxquelles sont confrontés les freelances. Liste non exhaustive, mais je pense avoir passé en revue une bonne partie des sujets.

Les délais de facturation et les impayés

Dans un monde idéal, les factures sont payées dès leur réception et rubis sur l’ongle. Sauf que non, la plupart des clients spécifiant un délai de paiement dans le contrat. Ce délai peut varier de 15 jours à 60 jours (avec des variantes exotiques comme le 45 jours fin de mois qui équivaut à du 60 jours) ; au-delà c’est illégal mais dans la pratique, les mauvais payeurs existent et on peut aller à 90 jours ou plus…

Dans les faits, le délai en lui-même n’est pas un vrai problème lorsqu’on a des projets qui s’enchaînent ou des missions longues : après un démarrage un peu longuet, dès que la 1ère facture est payée, on retrouve des entrées d’argent régulières. Pour faire face à plusieurs mois sans entrée d’argent, il est recommandé d’avoir une bonne trésorerie dans laquelle puiser.

Si seulement on pouvait les repérer si facilement…

En revanche, du côté des impayés, c’est tout de suite plus épineux. Quelle attitude adopter lorsque les relances ne suffisent plus ? Quels sont les recours ? Je n’ai jamais vécu cette situation et ne peux donc pas faire de retour d’expérience dessus. Néanmoins, si cela m’arrivait, j’en discuterais rapidement avec mon comptable afin de voir ce qu’il est possible de faire juridiquement parlant. Je commencerais aussi à me mettre en quête d’une autre mission ; si jamais la situation n’évolue pas, il faut pouvoir se retourner. Je pense aussi qu’une mise en demeure sous forme de lettre recommandée avec accusé de réception permet d’avertir le mauvais payeur qu’on passe aux choses sérieuses. Si rien n’est suivi d’effet et que le recours en justice s’impose, il faut probablement arrêter toute collaboration avec le client.
Ce ne sont là que des suggestions et tout retour d’expérience sur le sujet est le bienvenu 🙂 Je mettrai l’article à jour au besoin.

Les fonctions supports

Par ce terme, j’entends “les fonctions autres que le coeur de métier”. Typiquement, pour une développeuse ou un graphiste freelance, tout ce qui est commercial, comptabilité, etc… Ce sont des compétences dont les freelances ont besoin et, même s’il est possible de tout faire soi-même, ce n’est pas toujours souhaitable.

Donc tout dépend de l’état d’esprit dans lequel on aborde le statut freelance. Les personnes qui voudront tout comprendre peuvent tout faire elles-mêmes. Celles qui voudront gagner du temps ou qui sont moins motivées préfèreront déléguer ces tâches à des professionnels. C’est un choix et, là encore, il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Le tout étant de se poser la question 🙂

La couverture sociale

En cas d’arrêt maladie, la freelance au statut TNS ne touchera rien.

Pour une freelance au statut TNS (Travailleur Non Salarié), l’assurance maladie est celle fournie par l’URSSAF (avant le 1er janvier 2018, c’était le RSI). Je n’y ai pas encore eu affaire à titre personnel mais tous les échos que j’ai eus concernant le RSI parlaient d’une nette amélioration ces dernières années. Bon de toute façon maintenant, c’est fini (ou en train de se finir). Quoi qu’il en soit, en cas d’arrêt maladie, la freelance ne touchera rien. Là où la sécurité sociale assure le salaire d’une salariée (moins 3 jours de carence), rien n’est prévu pour les TNS. Il faut souscrire à une assurance mais qui n’est pas obligatoire si on veut commencer à toucher des indemnités au bout d’un certain temps. Mais très souvent, ces assurances imposent 15 à 30 jours de carence pour les arrêts hors hospitalisation, donc même une grosse grippe ne sera pas prise en charge. Tout d’un coup, les 3 jours de carence de la sécu font rêver, hein ? 🙂

Concernant la retraite, la TNS va cotiser à la CIPAV et non au régime AGIRC/ARRCO (pour les salariés du privé). Et les échos que j’en ai ne sont pas bons, car pour la même somme cotisée à la CIPAV, on obtient moins de pension de retraite qu’à l’AGIRC-ARRCO. Mais je n’ai rien de concret sur le sujet, sauf des conseils de placer moi-même mon argent et de ne pas trop compter sur la retraite par répartition…

Les freelances au statut SASU auront moins ce genre de problème car, en étant salariés, ils bénéficient du régime général. Mais le problème de la retraite se pose aussi car le montant de la pension dépendra du montant des cotisations et donc du montant du salaire. Or, plus le salaire est élevé et plus les charges le sont aussi, ce qui diminue le rendement de l’affaire. Il y a donc un choix non trivial à faire, selon la confiance accordée dans votre régime de répartition.

La solitude

Oui, dans “freelance” il y a “free” mais ça signifie du coup qu’on est tout seul. Quand on démarre, il y a pas mal de choses à faire et auxquelles penser mais il n’y a pas de mode d’emploi à proprement parler (même si je viens de tomber sur cet excellent article). Même chose au quotidien, faut pas oublier de payer la TVA ou de renvoyer tel formulaire de la CIPAV. Donc le freelance qui veut tout faire tout seul, il a intérêt à s’armer de patience et de plein de documentation sur le sujet. Une fois rodé, je ne doute pas que cela tourne très bien, mais les débuts doivent être un peu compliqués et il doit y avoir de beaux moments de solitude (et pour cause) 🙂

Oui alors bon c’est peut-être un peu alarmiste, vu comme ça

Ensuite, pour le travail en lui-même, lorsqu’on travaille constamment de chez soi cela peut être assez déprimant. Je remets un lien vers ce très bon article qui donne vraiment matière à réfléchir, notamment ce passage : “J’ai passé 7 années à travailler chez moi, en compagnie de mes chats, à ne parler à personne, et à culpabiliser quand je ne prenais pas le temps de faire le ménage ou tourner une machine”. Certainement pas facile à vivre.

Se préparer !

Quand on relit les différents points abordés au cours de ces deux articles, on s’aperçoit que la plupart peuvent être atténués voire effacés en se préparant bien, en s’entourant des bonnes personnes et en faisant les choix qui nous correspondent. Partir avec une bonne trésorerie en ayant négocié ses prêts immobiliers et en ayant choisi de déléguer une bonne partie de l’administratif à quelqu’un de compétent, ça élimine pas mal de stress.
De la même façon, savoir entretenir son profil et son réseau permet aussi de diminuer les périodes d’inactivité et d’être plus zen pour la suite.

Etre freelance est un changement important et ça se prépare !

Categories: Freelancing